Mépris présidentiel pour le dialogue social

Publié le par ferc cgt 66


le président joue avec le feu

Forfanterie et provocation, les propos de Nicolas Sarkozy samedi, lors du Conseil national de l’UMP, qui s’est réjouit de l’invisibilité des grèves ont soulevé l’indignation parmi les organisations syndicales.

Pour Maryse Dumas , secrétaire confédérale de la CGT interrogée par l’AFP, "le président de la République fait une opération diversion parce qu’il a bien du mal à démontrer en quoi sa politique réussit. Ni sur le pouvoir d’achat, ni sur l’emploi, ni sur la croissance, ni sur le bien-être des Français en général, on ne peut dire qu’il y a quelque chose dont il pourrait se vanter auprès de son parti politique".

Non seulement Nicolas Sarkozy "ne connaît pas la réalité sociale car le nombre de grèves est très important", mais ses propos sont "méprisants" pour les grévistes tentant de se mobiliser sans trop gêner les usagers et pour les usagers eux-mêmes, a-t-elle estimé.

"Le président de la République joue avec le feu parce que si désormais pour faire entendre des revendications collectives les usagers doivent user de moyens d’actions qui gênent les autres, on risque d’entrer dans une spirale dangereuse pour notre pays", a mis en garde Maryse Dumas. La CGT, a-t-elle souligné, "continue à faire le choix d’actions collectives massives, responsables, portant les revendications, et elles sont très nombreuses". Ces propos présidentiels interviennent alors que l’Assemblée nationale examine le texte sur la reprsésentativité syndicale dont le président profite pour dynamiter la législation sur le temps de travail au mépris absolu du dialogue social.

Publié dans Actualité Nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article