FERC CGT: état des lieux après un an de politique sarkozienne

Publié le par ferc cgt 66

Fédération CGT

de l’Éducation, de la Recherche,

de la Formation et de la Culture

 

 


 

ROMPRE AVEC SARKOZY !

  

Humour ? Non ! Pure volonté politique et actes posés. La politique sarkozienne va bien au-delà de l’héritage de Mai 68 et attaque, dans ses fondements même, tout ce que les salariés de ce pays ont su imposer grâce à leurs luttes.

 

L’objectif du candidat du MEDEF est d’infliger une défaite rapide et historique à l’ensemble des salariés de ce pays, à leurs droits sociaux, individuels et collectifs.

 

Au bout de 4 ans de règne et de diktat, personne ne pourra dire : « je ne savais pas ! » Par contre, chacun peut dire non, chacun peut jeter le pavé dans la marre !

 

Impossible ? Pourtant, en 1936, en 1968, il y a eu de grandes conquêtes sociales ! Mais il y avait aussi plus de 10 millions de grévistes…

 

 

 

Conditions de travail,

Emploi, Salaires

Compétition, Horaires modulables, Plus de charges de travail, Allongement du temps de travail, Service minimum, Accord européen qui permet de déroger aux 48 heures,  Refonte du code du travail, Démantèlement des statuts, Mise en concurrence des personnels, Fin des garanties collectives de tous les salariés. CDI à la mission, Réduction des emplois, Allongement de la période d’essai, Négociation de gré à gré du licenciement à l’embauche, Salaires au mérite, Individualisation des carrières, Pas de revalorisation convenable du Smic, du Point d’indice, réduction du paiement des heures supplémentaires….

 

Retraite, Protection sociale 

Allongement de la durée de cotisation, dégradation du rendement des pensions complémentaires, indexation des pensions sur les prix, Franchises médicales, TVA sociale, augmentation des cotisations sociales, déremboursement, Sécurité sociale livrée aux assureurs privés…

 

Services Publics

Sous-traitance, Réductions budgétaires, Démantèlement des services publics, de la Fonction Publique, avec la Révision Générale des Politiques Publiques Besoins sociaux fondamentaux livrés à la loi du marché…

 

Enjeux de société

Précarité, Logique des fonds de pension, Loi du profit immédiat, Fin de l’égalité d’accès aux services publics sur le territoire,, Destruction de la vie familiale,  chasse renforcée aux sans papier, radiations massives des privés d’emploi, Remise en cause du droit de grève, organisations syndicales appelées à « négocier » quand tout est bouclé d’avance….



ATTAQUES CONTRE LES FONDEMENTS DE L’EDUCATION, DE LA FORMATION,

DE LA RECHERCHE ET DE LA CULTURE !

 

 


 

 

Education / Education Populaire

 

Suppressions massives de postes rentrée après rentrée, 80 000 prévues d’ici 4 ans, augmentation du nombre des heures supplémentaires, rappel des retraités….

Disparition des instituts de formation des maîtres, dégradation des contenus de formation.

Réformes engagées sans réelle consultation

Service et savoir minimum à l’école, abandon de la carte scolaire, abandon de filières, d’options, mise en concurrence des établissements, des élèves, des personnels, mobilité et polyvalence accrue….

Désengagement de l’État, augmentation des coûts pour les usagers.

Mise en concurrence des structures et des personnels, bas salaires, conditions de travail dégradées, forte précarité, paupérisation et précarisation accrue avec de nouveaux types de contrats de travail.

Détournement voire abandon du projet EP pour des activités marchandes, immédiatement rentables. Répression de toutes expressions citoyennes…

 

 

 

 

 

 

Formation

 

Une formation publique soumise à la loi du marché au 1er janvier 2009.

Désengagement de l’État, disparition programmée des organismes de formation.

Désengagement financier au Cnam et Greta pouvant entraîner leur disparition, AFPA : pas de garantie de reversement des fonds de l’Etat aux régions…

 

 

 

 

 

Université / Recherche

 

Autonomie et organisation de la concurrence entre établissements avec la loi LRU.

Liquidation des organismes de recherche publique et leur soumission  aux intérêts industriels de courts termes avec le Pacte Recherche. Aucune création de postes

Embauches de contractuels en lieu et place de recrutements de titulaires et donc abandon des garanties d’indépendance face aux pressions politiques ou économiques.

Crédits supplémentaires investis dans les universités pour des mesures ciblées ou des crédits d’impôts.

Transferts de charges : paiement des retraites ne relevant plus de l’État mais des organismes de recherche.

CROUS devenir incertain, privatisation de services….

 

 

 

 

 

Culture

 

Réduction, fusion ou suppressions de directions centrales avec abandon ou affaiblissement des missions, filialisation en sociétés anonymes, liquidation des moyens d’intervention en région, fusion de services déconcentrés….

Réduction massive d’emplois publics dans les services, non remplacement d’un poste  sur deux, prévision d’une réduction de 20 % des moyens humains dans les administrations du ministère (dont suppression de 380 ETP immédiats).

Effondrement des aides publiques culturelles, annulation de la presque totalité des concours de recrutement…

Publié dans Actualité Nationale

Commenter cet article