CDEN des PO 17 10 2008 Motion commune adoptée

Publié le par ferc cgt 66


CDEN du vendredi 17 octobre 2008-10-20

 

  Motion présentée par les représentants

      FCPE  FSU  UNSA  FERC CGT

 

Le CDEN des Pyrénées Orientales, réuni le 17 octobre 2008, considère que les conditions de la rentrée scolaire 2009 sont totalement inacceptables pour l’ensemble des élèves, des personnels et des parents.

 

Il considère que les annonces récentes du Ministre de l’Education Nationale notamment en matière de suppressions de postes, 13 500 à la rentrée 2009, après les 11 200 de cette rentrée 2008, font peser les plus graves menaces sur l’avenir même du service public et par conséquent sur les principes républicains de la scolarisation de tous les enfants : école publique, gratuite, laïque.

 

Il considère que la conséquence directe de ses suppressions massives de postes et l’accroissement du nombre d’élèves par classe est une dégradation des conditions d’enseignement et d’apprentissage.

 

Il considère au la sécurité des élèves ne peut plus être assurée dans de bonnes conditions dans les établissements, faute de personnels d’encadrement en nombre suffisant.

 

Il considère que le projet de budget 2009 qui prévoit la suppression de 6 000 postes dans le primaire, dont 3000 postes d’enseignants spécialisés dans les RASED, le transfert de 500 postes de l’administration centrale vers les futurs EPEP, … est inacceptable.

 

Il considère que la relance des EPEP, et la remise en cause de l’école maternelle, annoncées lors de l’audition par la Commission sénatoriale des finances, sont inacceptables.

 

Il considère que la suppression de 4 300 postes supplémentaires en lycées et collèges, après les quelques 30 000 postes supprimés depuis 2003, constitue une agression supplémentaire contre la qualité du service public d’éducation.

 

Il considère que la « réforme » des lycées qui supprime 2 heures d’enseignement pour tous les élèves de la seconde à la terminale, est une atteinte au droit d’apprentissage dans les meilleures conditions, pour tous les élèves.

 

Il considère que l’annualisation des services des enseignants constitue une grave atteinte au statut des enseignants.

 

Il considère que la remise en cause, par le Ministre, du droit des réunions d’information syndicale, ainsi que la remise en cause du droit de grève avec le SMA dans le 1er degré, constituent une atteinte grave à une liberté fondamentale.

 

C’est pour cela que le CDEN des Pyrénées Orientales demande l’abandon des contre-réformes que le Ministre de l’Education Nationale se propose de passer en force, dans le mépris le plus absolu des élèves, des personnels, des parents.

Commenter cet article