Audience avec X Darcos... Un ministre disqualifié !

Publié le par ferc cgt 66


Compte rendu de l’audience… Une parole ministérielle disqualifiée !

 

X Darcos a commencé son intervention par le mouvement lycéen, centré contre la réforme du lycée. Il a poursuivi en disant qu'à son avis la parole du ministre ne suffira pas à les calmer, toute en expliquant qu'ils avaient sûrement mal compris.

 

Pour la CGT Educ'action, cette phrase résume en grande partie la teneur de la réunion, il lui a semblé que le ministre reconnaît, sans le dire ouvertement, que sur l'ensemble des sujets, des «60h » dans le 1er degré aux maquettes de la future seconde ou du bac pro, sa parole est désormais disqualifiée.

Ce constat conforte l'analyse portée par la CGT Educ'action, sur les risques que prend le gouvernement à ne pas vouloir entendre la colère qui monte parmi les personnels, les jeunes et leur famille.

 

Plus globalement, X Darcos a insisté sur les inquiétudes de la jeunesse face à une société de plus en  plus dure .

Serait-il devenu sensible enfin aux revendications de la CGT qui dénonce les saccages de la politique gouvernementale génératrice d'exclusion, de précarité et de montée des inégalités ?

Nous ne le pensons pas, mais il semble de plus en plus en difficulté pour justifier ce que lui demande Bercy.

Il campe bien sûr sur ses positions, mais pour combien de temps encore.

 

Sa position sur les réformes du 1er degré ne convainc pas, sédentariser les personnels en RASED maintenir la suppression des 3000 postes, dont on ne sait pas d'ailleurs comment ils seront triés, cela n'a aucun sens ...

Pour la CGT éduc'action, les 250 000 personnels qui ont signé la pétition ont raison, il faut les entendre et revenir sur les 3000 postes et ouvrir des négociations pour améliorer leur efficacité.

Même remarque pour l'organisation des 60 H et de la semaine des 4 jours, le ministre continue de se persuader que le bilan est positif, alors que la majorité des écoles sont critiques et considèrent, comme la CGT Educ'action, que la bonne solution ce sont des maîtres surnuméraires et une réduction significative des effectifs.

 

Nous avons dénoncé les incohérences des projets concernant le second degré et la formation des maîtres.

Aucune information sur ces sujets n'a été apportée par l'institution de nature à calmer les personnels.

 

Nous avons dénoncé l'absence de documents fournis par l'administration lors des réunions organisées par elle : bac pro 3 ans, masterisation au CSE.

X Darcos n'a pu faire qu'amende honorable dans ce domaine et s'engager à améliorer son fonctionnement.

 

L'audience a duré environ 1 heure, nous avons eu le sentiment que le ministre n'est plus le véritable pilote du ministère, qu'il ne croit plus à la validité des réformes que le président et le ministère de l'économie et des finances lui demandent. Alors, faut-il tirer sur l'ambulance ?

 

A la CGT Educ'action, nous pensons que désormais la parole de ce ministre est disqualifiée et qu'il aura bien du mal, malgré les reculs qu'il pourrait opérer, à être suivi par les personnels et les usagers de l'Ecole.

Publié dans Actualité Nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article