Monsieur DESCOINGS un médiateur très à l’écoute et plein de ressources…

Publié le par ferc cgt 66


 

 

Au moment où Mr DESCOINGS remet son rapport sur le lycée de demain à Nicolas SARKOZY, il mettrait en place à Sciences Po, Etablissement dont il est le « patron » une réforme dont on ne saurait dire si c’est elle qui a inspiré le rapport en question ou bien, si cette réforme s’inspire de la mission qui lui a été confiée par le président !


De quoi s’agit-il ?


Monsieur DESCOINGS s’attaque à l’enseignement des langues vivantes dans la vénérable institution de prestige qu’est Sciences Po : il réduit de moitié le volume horaire de cours pour tous les niveaux ! et supprime les conférences « à thème » destinées à familiariser les étudiants avec la culture des pays dont ils apprennent la langue. En fait, il s’agit à terme de rendre l’étudiant responsable du niveau de langue qu’il souhaite atteindre : le plancher étant le niveau C1 (référence européenne) ; il aura pour cela, à sa disposition, le e-learning sous la houlette de « coaches », et les stages à l’étranger pour ceux qui le pourront !


 Cette « réforme » prévue pour la rentrée 2009, élaborée sans aucune concertation ni avec les professeurs (90 en anglais), ni avec les étudiants, sans consultation, pourtant obligatoire  des institutions représentatives du personnel est justifiée selon Monsieur DESCOINGS par un audit (passé inaperçu des principaux intéressés)  et une enquête de la SOFRES auprès des étudiants (tout aussi discrète que l’audit).


Les professeurs ont appris la nouvelle le 5 mai 09 par les responsables du département « langues » de Sciences Po, ils ont aussitôt demandé à être reçus pour exprimer leurs inquiétudes sur l’avenir de leurs disciplines et de leur emploi : monsieur DESCOINGS avait sans doute mieux à faire !
Un mois plus tard, le mardi 2 juin, alors que le Directeur de Sciences Po se présentait à l’Elysée son rapport sous le bras, ses profs de langues et leurs étudiants occupaient la rue Saint Guillaume, avec force pancartes et slogans, pour clamer leur indignation et leurs exigences d’un enseignement de qualité…


« L’homme de dialogue » , choisi par le Président pour un rapport de qualité sur les attentes des lycéens : après avoir écouté, consulté, entendu (parait-il) toutes les parties pour contribuer à la réforme des lycées Monsieur DESCOINGS se souviendra-t-il, qu’il a une entreprise à gérer, des responsabilités à assumer envers ses propres salariés, des salariés qui n’acceptent pas d’être traités avec mépris, qui ont une haute estime de leur mission éducative et qui entendent bien faire savoir haut et fort que la « réforme DESCOINGS » ils n’en veulent pas !

 

Publié dans Actualité Nationale

Commenter cet article