Dévalorisation du Bac Pro, préavis de grève à partir du 8 juillet

Publié le par ferc cgt 66

Epreuve de contrôle du bac pro

 

Les syndicats SNUEP-FSU, CGT Educ’action, SUD Éducation ont déposé un préavis de grève afin de couvrir les collègues qui, individuellement ou collectivement, souhaitent mener des actions, y compris par recours à la grève, pendant le déroulement des épreuves orales de « contrôle » du baccalauréat professionnel qui auront lieu à partir du 8 juillet, et notamment lors de cette épreuve orale de contrôle mise en place cette année. Le coefficient de cette épreuve, égal à celui de la totalité de toutes les autres épreuves écrites ou orales, la publication tardive du décret et l’absence de consignes amènent un grand nombre de PLP à contester cette mise en place à la va-vite et sans consultation.

 

Cette épreuve permettrait aux élèves de rattraper l’ensemble des épreuves du premier groupe par une épreuve orale axée uniquement sur la période de formation en entreprise. Elle compterait autant que l’ensemble des autres épreuves.

Cet oral de rattrapage va engendrer une dévalorisation du baccalauréat professionnel. En effet, il crée un déséquilibre sans précédent entre les matières évaluées à l’examen en affaiblissant notamment le poids de l’ensemble des enseignements généraux ainsi que les enseignements professionnels théoriques.

Cela traduit bien les orientations actuelles du gouvernement qui voudrait dénaturer l’enseignement professionnel et ses missions :

- en axant uniquement l’évaluation sur la transmission des pratiques professionnelles ;

- en écartant ainsi les enseignements qui ne seraient pas jugés utiles à l’insertion professionnelle immédiate ;

- en donnant une place prépondérante à l’évaluation de cette épreuve par un professionnel extérieur à l’Education nationale.

 

C’est en complète contradiction avec la volonté affichée, et réaffirmée dans la circulaire de rentrée, qui dit vouloir redonner des lettres de noblesse à la voie professionnelle.

 

Les organisations demandent donc le gel de cette épreuve et l’ouverture de discussions pour définir cette épreuve en 2010.

Pour ne pas pénaliser les candidats de la session 2009, nous demandons de façon transitoire qu’un examen des dossiers scolaires des candidats, ayant obtenu entre 8 et 10, soit effectué par l’ensemble des membres du jury pour l’attribution du baccalauréat.

 

Le ministre porte l’entière responsabilité de la situation par son refus de recevoir et d’entendre les organisations syndicales représentatives des personnels qui ne s’inscrivent pas dans la réforme ministérielle actuelle de la voie professionnelle.

Les organisations syndicales, SNUEP-FSU, CGT Éduc’action et SUD Éducation continueront d’agir à tous les niveaux pour la mise en place d’une véritable réforme de la voie professionnelle.

Publié dans Lycées Professionnels

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article