Une autre politique scolaire et le développement de l'emploi dans les services publics

Publié le par ferc cgt 66


Education :

                L’annonce par le gouvernement de 35000 nouvelles suppressions de postes de fonctionnaires en 2010 (dont une grande partie dans l’Education Nationale) après les 11suppressions de postes pour la rentrée 2009, montre qu'il n'a pas l'intention de stopper le démantèlement du Service Public.

 

¨Réforme des programmes dans le 1er degré, diminution du temps scolaire des élèves. Evaluations précipitées et imposées dans l'élémentaire comme le soutien scolaire. Réel danger sur le maintien des crèches et sur le maintien et développement de l'école maternelle publique.

¨Remise en cause de la carte scolaire qui reste à améliorer et non à supprimer. La mixité scolaire et sociale est mise à mal avec une fragilisation encore plus marquée de nombreux établissements.

 

¨Remise en cause de la Formation initiale et continue des enseignants à l’IUFM dans le cadre de la masterisation du recrutement des futurs enseignants.

¨Réformes contestées par un important mouvement social  au niveau des universités et de la Recherche publique.

 

¨Réforme de l’enseignement professionnel avec généralisation imposée du BAC professionnel en 3 ans au lieu de 4 ans.  Réforme des lycées relancés dès septembre sur la base du rapport Descoings pour une mise en œuvre à la rentrée 2010 avec maintien de l'expérimentation dans une centaine de lycées. Création d'une « agence du remplacement» basée sur des contrats de courte durée de type intérim.

 

¨Maintien de la diminution du nombre de postes aux concours, et multiplication tout azimut des heures supplémentaires dans le second degré. Multiplication du recrutement de personnels précaires dans l'éducation nationale au détriment des personnels à statut et formés.

 

¨ Baisse des Dotations horaires d’enseignement dans les établissements, suppression de postes d'enseignants et administratifs, de classes, d'options.

 

Pouvoir d’achat :                en baisse constante pour tous les personnels.

                Cette politique, par une approche comptable éhontée, met en cause les contenus des missions et le fonctionnement même du système éducatif.

 

                La dégradation de l’emploi, le chantage à l’échange "emploi-salaire ", la remise en cause des services publics, celui de l’éducation en particulier et du potentiel d’activité dans les entreprises sont inacceptables comme l’aggravation de la précarité et du chômage qui en résultent.

                La CGT souhaite vivement que les conditions soient créées pour que l’éducation et plus généralement l’emploi dans les services publics soient une véritable priorité politique dans notre pays.



Crise et récession économique :

 

                La situation continue de s’aggraver. 40à 50 000 emplois sont détruits chaque mois depuis le début de l’année, des centaines de milliers de salariés subissent le chômage partiel et nous sommes sur un rythme de 3 demandeurs d’emplois supplémentaires par jour.  Le nombre de dossiers de surendettement explose. La situation est aggravée par les inégalités d’accès aux soins et à la santé, au logement, à l’éducation, au transport, à la culture.

                C’est dans ce contexte que les attaques se multiplient pour fragiliser les services publics: privatisation, affaiblissement des statuts des fonctionnaires, fermeture de nombreux services publics de proximité, priorité à des objectifs financiers en lieu et place d’une réponse aux besoins sociaux, suppressions massives d’emplois de fonctionnaires et précarisation.

 

Santé:

                La loi «hôpital, Patient, Santé et Territoire» publiée au JO le 21 juillet 2009 a un fil conducteur : privatisation de la santé. Toutes les missions publiques pourront être exercées par le privé. Les portes sont grandes ouvertes pour que la finalité reste le profit avec pour conséquence la sélection des malades et les activités les plus lucratives.

                Risque de nouveaux reculs de la prise en charge aussi de la sécurité sociale avec l’offensive contre les indemnités journalières dont la progression révèle la dégradation des conditions de travail et le mal être. Offensive contre les affectations de longues durées taxées de dépenses exponentielles avec l’idée d’une remise en cause de la prise en charge à 100 % de ces pathologies.

 

Retraite:

                2010 «un rendez-vous capital. Il .faudra que tout soit mis sur la table: l’âge de la retraite, la durée de cotisation, la pénibilité…». Il s’agit d’une part d’affranchir durablement le patronat du financement et d’autre part de programmer la baisse des pensions.

Les droits des femmes sont dans le collimateur (remise en cause des majorations de durées d’assurance pour les mères de familles)… Des solutions existent pour revenir dans une logique de progrès social, la CGT met en débat ses propositions.

 

Le projet de loi sur la mobilité et les parcours professionnels des fonctionnaires a été voté le jeudi 23 juillet.

                La Cgt considère que ce texte remet en cause la stabilité de l’emploi et ouvre de nouvelles perspectives de suppressions.

                Au nom de la continuité du service public il permet notamment le recours accru aux contractuels et l’accès à l’intérim dans les 3 fonctions publiques.  Un fonctionnaire dont le poste sera supprimé pourra être placé en disponibilité d’office ou mis à la retraite (après 3 refus d’emplois publics). Sont encouragés dans le cadre de la réorganisation des services les départs «» via une indemnité et la mobilité via des primes…

 

Un livre vert sur les jeunes :

                Rendu public par Martin Hirsch le 8 juillet vise à refonder la politique en faveur des 16-25 ans. Au titre des propositions avancées par la commission de concertation sur la politique de la jeunesse: la création d’un livret de compétences qui serait créé et renseigné dès l’école primaire en intégrant les acquis scolaires et extrascolaires, la création d’un service public de l’orientation territorialisé, connecté à l’école, pour l’orientation tout au long de la vie , l’obligation de se former portée à 18 ans, le développement et la diversification de la formation en alternance etc. 57 Préconisations à consulter dont certaines sont déjà mises en œuvre via les réformes comme le portfolio en 2ème professionnelle.

De plus, signature d’une convention Etat-Région contre le «décrochage scolaire» et validation d’un projet pour un «système mutualisé de suivi des élèves en Région» sur le fonds d’expérimentation pour la jeunesse.

 


Bien des sujets à débattre pour

ne pas subir les effets d’une rentrée scolaire et sociale très difficile.

 

Dans chaque établissement, ne ratons pas l’occasion de faire le point et de

décider des actions à mener.

 

La CGT a pris l’initiative de réunir les organisations syndicales de la Fonction Publique

pour préparer la riposte dès le mois de septembre.

 

Assemblée générale jeudi 10 sept à partir de 17h30 : Bourse du travail

Bourse du travail Perpignan

Commenter cet article