AVS, EVS, Stop à la précarité, la pétition

Publié le par ferc cgt 66

ok 2

                      (à renvoyer à FERC CGT 66 SDEN CGT 66 Bourse du Travail Place Rigaud 66 000 Perpignan)

       

Pour tous les salariés en contrat aidé de l’Éducation nationale 

 NON à la suppression des emplois

OUI à l’emploi statutaire, OUI à une formation

 

     Le ministère de l’éducation nationale a recours à toutes sortes de personnels salariés sous contrats aidés, (Cav, Cae, CUI, assistants d’éducation…) affectés à différentes fonctions (aide à la direction d’école, aux équipes pédagogiques, aux élèves en situation de handicap…).

     L'intérêt et l'efficacité de ces personnels sont aujourd’hui reconnus par tous. Les enseignants qui auraient plus de difficulté à fonctionner sans eux, les parents d'élèves qui y voient un grand avantage pour leurs enfants et les écoles.

 

     La recherche de nouvelles économies pour la période 2011-2013, conduit, depuis cette rentrée à une gestion inhumaine, inadmissible, de ces salariés au travers de la suppression brutale des emplois, du gel des renouvellements pourtant engagés.

     Par ces mesures, les écoles se trouvent brutalement et durablement désorganisées ce qui est inacceptable pour les élèves et les personnels. La suppression des emplois d’aide aux directions d’école est déjà programmée dans certains départements. Les élèves en situation de handicap sont particulièrement touchés par cette politique, qui aboutit à bafouer leur droit reconnu par la CDA (Commission des droits et de l’Autonomie) à l’accompagnement scolaire par un AVS, à bafouer leur droit reconnu à être accompagnés dans leur scolarité.  

     Les parents d'élèves demandent que l'Etat respecte la loi et les notifications de la CDA (Commission des Droits et de l'Autonomie des personnes handicapées) en mettant au côté des élèves en situation de handicap des personnels formés, pérennes et en nombre suffisant.

 

     C'est pourquoi nous demandons l'arrêt des recrutements sous contrat aidé, la reconnaissance des missions de ces personnels par la création d’emplois statutaires de la Fonction Publique, avec une formation qualifiante permettant la titularisation des personnels concernés qui le souhaitent.

     Nous demandons à ce que cesse le recrutement sur des temps partiels imposés.

     Nous ne pouvons accepter que la seule solution soit pour ces EVS de se retrouver au chômage alors que ni le ministère de l’éducation nationale, ni le ministère du travail n’ont rempli leurs obligations d’accompagnement, de suivi et de formation.

     Dans l’immédiat, nous demandons la mise en place d’un dispositif d’urgence sociale pour assurer le réemploi de tous les salarié(e)s en fin de contrat.

 

       NOM

PRENOM

ECOLE - COMMUNE

signature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article