CGT Spectacle, amplifier les mobilisations, actions du 23 au 30 01 2010

Publié le par ferc cgt 66

logo_cgt.gifSpectacle 
         Languedoc Roussillon

Le 7 janvier dernier, à l’occasion de ses voeux au « monde de la Culture », Nicolas Sarkozy ne s’est comme à l’habitude rien refusé. Pour le Chef de l’Etat « la soif de culture n’a jamais été aussi forte, le besoin de repères, d’évasion, de plaisir aussi. La crise ne fait que l’aiguiser […] l’une des réponses à la crise c’est la culture ».

 

Pendant que le Président de la République faisait état d’un « bilan très positif »  du ministère de la culture, celui-ci était sérieusement affaibli avec la 1ère phase de la Révision Générale des Politiques Publiques et un budget au mieux en stagnation. Pèle mêle le gouvernement avait tenté de brader les monuments nationaux, à Bercy, Eric Woerth signifiait aux opérateurs de l’Etat qu’il avait convoqués que « l’Etat ne peut pas être le seul à faire des efforts » et que donc l’arsenal de la deuxième phase de la RGPP allait leur être imposé : ainsi les musées (dont Beaubourg) et les théâtres nationaux (dans un premier temps ?) allaient se voir appliquer des mesures aveugles, telles que contrats de performance, non remplacement d’un départ sur 2 à la retraite …

 

Rien ne définit mieux cette véritable privatisation de la politique publique que le passage de son discours où il exécute les Entretiens de Valois  en une phrase « ces concertations ont été très utiles, il faut maintenant passer à l’acte » pour se répandre sur plusieurs pages sur les propositions démagogiques du Conseil de la création artistique qu’il préside lui-même et qu’anime Marin Karmitz.

 

Tout cela pourrait conduire au fatalisme, mais deux annonces à la fin du discours montrent que nos précédentes mobilisations ont payées : « la totalité du budget de la culture sera dégelée en 2010 » (suppression du gel de 5%, décidé auparavant, sur tous les financements de l’Etat) et « toutes les collectivités territoriales continueront à exercer leurs compétences culturelles. »

 

C’est pourquoi la Fédération Cgt du Spectacle appelle à poursuivre et amplifier les mobilisations en proposant une semaine d’actions à Paris et en régions du 23 au 30 janvier, en convergence avec la Cgt du Ministère de la Culture, le Syndeac et l’Ufisc.

 

La charte élaborée l’été dernier en Avignon, confortée par l’Assemblée Générale du 21 septembre au Théâtre de Chaillot, est plus que jamais à l’ordre du jour :

- sur les questions sociales totalement ignorées (bien sûr) par Sarkozy comme la  pérennisation et le développement des emplois artistiques et techniques ou l’expertise des propositions alternatives sur les annexes 8 et 10 de l’assurance chômage ;

- sur la suppression du « Contre Ministère » de Karmitz et par contre la loi d’orientation et de programmation pour la Culture dont la préparation permettrait de débattre sur les questions en suspens telles qu’une  nouvelle étape de décentralisation,  un plan de relance et de développement des emplois, un soutien aux outils de production, l’élargissement des publics…

Commenter cet article