Evaluations CM2, en 2011, la réponse est la même

Publié le par ferc cgt 66

Unsen.gif

 

Les évaluations nationales en direction des élèves de CM2 vont se dérouler du 17 au 21 janvier 2011.

 

Comme l’année dernière un appel demandant aux enseignants de s’y opposer circule.

Cette année la CGT Educ’action a décidé de s’y associer.

Nous proposons aux enseignants le boycott de ces évaluations par la grève.

En effet, ces évaluations ne sont recevables ni sur le fond ni sur la forme.

Toujours mal placées dans le calendrier scolaire, elles seront du même type que celles de l’an dernier ne permettant pas la remédiation.

 

Évaluer les élèves au mois de janvier sur le programme complet est un non sens.

Évaluer c’est un métier, comme le disent les responsables de la DEPP (Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance), ce n’est pas le rôle de la DEGESCO (Direction générale de l'enseignement scolaire).

La fiabilité statistique n’est pas satisfaisante : il faudrait procéder par échantillon et assurer la stabilité, sur plusieurs années, des différents items proposés.

La légère modification du codage opérée cette année ne rendra pas les résultats plus exploitables pour les enseignants.

 

Telles qu’elles sont conçues, ces évaluations visent à démontrer le supposé manque de « rentabilité »de l’école publique et légitimer les choix libéraux du gouvernement, contestables et contestés, en matière de programmes, de suppressions de postes (y compris de Rased), plus largement de réductions des dépenses publiques.

Elles s’inscrivent dans le train des réformes qui servent à démanteler le service public d’éducation. Liées au socle commun que nous combattons, elles contribuent à renforcer les inégalités entre les élèves et remplir les séances inefficaces d’aide personnalisée et les trompeurs stages de remise à niveau.

 

Nous sommes opposés :

- à la mise en concurrence des écoles élémentaires au travers de l’utilisation des résultats aux évaluations nationales ;

- à la mise en place de la prime liée aux évaluations qui crée la division entre les enseignants.

 

Nous revendiquons :

-  une autre politique d’évaluations nationales à l’école élémentaire ;

-  un traitement transparent et indépendant de la DEGESCO des évaluations nationales à l’école élémentaire ;

-  une amélioration du traitement de la difficulté scolaire à l’école.

 

Nous soutiendrons donc tous les collègues qui, d’une manière ou d’une autre, auront décidé de contester ces évaluations.

Nous rappelons que l’expérience des deux dernières années a démontré que la grève est la seule solution à la fois pour que les élèves échappent à ces évaluations néfastes et pour protéger les enseignants des pressions, des intimidations et des représailles de leur hiérarchie.

 

Notre responsabilité syndicale nous impose de ne pas être à l’origine d’une certaine forme de "désobéissance" mais de déposer, pour les jours concernés, des préavis de grève.

La CGT Educ’action appelle tous les personnels à se saisir de ces préavis.

Elle invite les parents d’élèves à soutenir ce boycott.

Commenter cet article