"La réorientation professionnelle des fonctionnaires : Un « véritable accompagnement »...vers la sortie !"

Publié le par ferc cgt 66

Page-UGFF-copie-1.gif

 

En période de remaniement ministériel, c’est du domaine de l’imaginaire populaire(?) que de penser aux ministres, affairés à expurger tous les dossiers sensibles de leur portefeuille, peu avant leur départ.

 

Tel n’était cependant pas le cas (ou pas seulement) pour certains membres de ce précédent gouvernement.

Désireux de laisser un souvenir indélébile à l’ensemble des agents de la Fonction Publique,à quelques heures du départ de certains, c’est en effet pendant le pont, dit du 11 novembre, que fut signé le Décret n° 2010-1402 du 12 novembre 2010 relatif à la situation de réorientation professionnelle des fonctionnaires de l’État !


Rappelez vous, le Ministre Woerth avait présenté un projet de décret « réorientation professionnelle » des fonctionnaires de l’État, aux séances du Conseil supérieur de la fonction publique des 1°, 11, et 22 février 2010, ceci en application de l’article 7 de la loi mobilité du 9 juillet 2009.

Les possibilités de concertation préalables très limitées et un contenu particulièrement négatif avaient amené les organisations syndicales CGT, CFDT, UNSA, FSU, FO, Solidaires et CFTC, à refuser de siéger et à demander un retrait de ce point de l’ordre du jour.


Pour le Ministre ce décret devait introduire un « véritable accompagnement de l’agent dont le poste aura été supprimé. »

Sauf qu’en terme d’accompagnement les balises sont placées, y compris pour indiquer la sortie, ou plus précisément la disponibilité sans traitement et le licenciement !

 

Au moment où certains sont débarqués du navire, nous suivrons attentivement la "réorientation professionnelle" des ministres à qui on a indiqué la sortie.


Pour l’heure, cela participe encore un peu plus d’une dégradation sans précédent de la qualité des missions publiques et d’un remodelage en profondeur de la société et de ses valeurs. "Il est plus que temps d’en finir, à tous les niveaux, avec une politique menée à la hussarde et avec le passage en force de dispositions massivement contestées".

Commenter cet article