Livre blanc associatif FERC CGT PO (3)

Publié le par ferc cgt 66

" La citoyenneté dans l'entreprise associative "

 

Il faut reconnaître une spécificité aux associations loi 1901 qui ne sont pas des entreprises comme les autres.

Pour autant, elles n'en sont pas moins des entreprises qui gèrent des budgets, qui emploient des personnels, et relèvent des mêmes obligations légales et conventionnelles que les autres. Dès lors, le lien de subordination qui caractérise le salariat se retrouve dans ce secteur d'activité ce qui explique que la citoyenneté dans " l'entreprise " reste bien souvent encore à conquérir alors que cette question est le ferment même du projet associatif.

A ce lien de subordination s'ajoutent des conditions de travail dégradées - comment se sentir impliqué lorsque l'on travaille deux heures par semaine ? - un maintien du salarié dans l'ignorance du projet associatif dans nombre d'associations, une culture du consensus qui reflète la peur profonde de l'expression conflictuelle, toutes considérations qui rendent difficile le passage à l'organisation collective.

Or - et c'est là une spécificité de l'entreprise associative où les renouvellements des administrateurs bénévoles, des dirigeants s'effectuent périodiquement - la richesse du fonctionnement d'une association repose pour l'essentiel sur les salariés.

Ce sont eux qui, au quotidien, sont en contact et construisent une relation privilégiée avec les adhérents et les publics, qui assurent la permanence du projet, le défendent efficacement sur des fondements démocratiques et le transmettent.

 

Rappelons que le projet d'Education Populaire lié au secteur associatif a pour ambition de former des générations de citoyens conscients et responsables. Il ne peut, à ce titre, se passer de l'engagement citoyen des salariés, acteurs de leur propre entreprise et ouverts aux questions du monde.

Mais conduire une démarche citoyenne c'est revendiquer des exigences de démocratie et de transparence.

C'est passer du stade de " travailleur exécutant " à celui d'acteur responsable solidairement du projet de l'entreprise, c'est se poser la question : comment y faire ma place, comment la tenir sans risquer les compromissions ?

 

S’organiser dans l’entreprise associative

 

Les institutions représentatives des personnels doivent être utilisées pour faire entendre la voix des salariés qui, tout en défendant leurs intérêts (respect du droit du travail, des conventions collectives et des accords d'entreprise…), doivent veiller aux orientations de l'association et intervenir sur ces dernières dans le cadre du respect du projet.

C'est affaire de crédibilité, d'utilité, de pérennité pour l'association et pour les emplois. La citoyenneté dans l'entreprise doit conduire à établir, malgré des intérêts contradictoires, des relations de coopération sans concession, chacun à sa place, avec une éthique à la hauteur des ambitions affichées par le projet pour lequel les salariés travaillent.

 

Conventions collectives, accords d'entreprise…

 

L'ensemble du salariat relève de multiples statuts ( CDI, CDD, CDII, emplois saisonniers, emplois aidés, à temps complet mais le plus souvent à temps partiel…), de nombreuses conventions collectives  (animation, foyers des jeunes travailleurs, tourisme social, organismes de formation, maisons d'étudiants, maisons familiales rurales, sport…)

Enfin, il existe peu d'accords d'entreprise sauf dans les associations les plus grosses.

Commenter cet article