Mobilisation nationale contre le racisme

Publié le par ferc cgt 66

logo-FERC.PNG

 

 

RACISME D’ETAT :

 

DÉGAGE !


 

Le récent scandale qui a secoué la Fédération Française de Football sur les « quotas » n’est pas le fruit du hasard. Si certains ont sérieusement envisagé de limiter le nombre de binationaux dans les centres de formation, et ce dès l’âge de 13 ans, c’est le résultat du déploiement des discours xénophobes du gouvernement.

 

Depuis le discours de Sarkozy à Grenoble en juillet 2010, le venin raciste se diffuse de plus en plus ouvertement et sans complexe : amalgame immigration-délinquance, stigmatisation des Roms, provocations du ministre de l’Intérieur qui parle de Croisades et prétend que les Français ne se sentent plus chez eux à cause de l’immigration… La liste n’est malheureusement pas exhaustive.

 

Désormais, Guéant déclare même qu’il veut s’en prendre à l’immigration légale. La chasse aux sans-papiers préfigurait bien une chasse aux étrangers en situation régulière voire aux Français d’origine étrangère, descendants d’immigrés. A travers eux, ce sont toutes les classes populaires qui sont visées.

 

Cette banalisation du discours raciste, loin de marginaliser l’extrême-droite, la renforce en légitimant son idéologie et ses thèses xénophobes.

 

 

C’est pourquoi la FERC CGT appelle à participer massivement à la mobilisation nationale et unitaire contre le racisme, contre la politique d’immigration du gouvernement et pour la régularisation des sans-papiers : « D’ailleurs nous sommes d’ici *» le 28 mai prochain.


 

Cette initiative (qui se déclinera sur les territoires*) a vu le jour pour dénoncer l’existence du ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du codéveloppement, né après l’élection de Sarkozy en mai 2007. L’intégration de ce ministère de la honte dans celui de l’intérieur lors d’un remaniement, ne confirme qu’une chose : l’immigration n’est vue que comme une affaire de police.

 

La FERC exige l’arrêt immédiat des expulsions, la fin de la chasse aux immigrés et la régularisation de l’ensemble des sans-papiers. Elle revendique la fin des discriminations liées à l’origine notamment dans les conditions d’études, d’accès au travail et aux droits.

 

*www.dailleursnoussommesdici.org

Commenter cet article