Rapport Reiss, quelle direction pour l'école du XXI° siècle ?

Publié le par ferc cgt 66

Unsen.gif

 

    Le document n’apporte pas grand chose de neuf par rapport à ce que le député avait déjà écrit sur la question, même si, entre autres, la partie statistique n'est pas inintéressante.
    Ce rapport est une attaque frontale contre l'école publique. Il commence par les résultats des écoles et les difficultés de lutter contre l'échec scolaire, laissant entendre qu'il serait lié directement au problème de la direction d'école !
    Ce serait presque drôle si ce n'était pas inquiétant.

    Les propositions contenues restent les mêmes que dans le projet de loi qu'il avait déposé il y a quelques années :


-    Regroupement des écoles (rurales mais pas seulement) ;
-    Expérimentation d’établissements publics du premier degré, appelés désormais E2P (établissements publics du primaire) ;
-    Possibilité et élargissement des postes à profil avec intervention éventuelle du directeur dans le choix des enseignant-e-s ;
-    Et cerise sur le gâteau, envisager la création de "l'École du Socle Commun" regroupant école et collège ...

    Le directeur est envisagé comme un "leader pédagogique" chargé de faire respecter les instructions du Ministère en se comportant en "manager" (le petit doigt sur la couture du pantalon ?). S'il n'est pas envisagé qu'il puisse "être juge de la manière de servir des enseignants", "il est cependant consulté sur le sujet" (Tout est dans la nuance …).

    Pas grand chose de chiffré si ce n'est au niveau des décharges mais de manière très faible.

    Sur le plan du "statut", M. Reiss envisage deux possibilités, soit le basculement dans le corps des personnels de direction, soit le basculement dans la situation d'un "emploi fonctionnel".

En clair, un rapport qui tend à favoriser une approche managériale de la direction d'école, sous un verbiage pédagogique, sans réelle liberté.
Ne reste plus qu'à espérer que ce rapport rejoindra dans un placard les multiples rapports demandés par le Ministère !
Le problème de la Direction d'École mérite mieux que cela.

 

 

Commenter cet article