Recrutement et formation des stagiaires, la "galère" cautionnée par un rapport de la DGRH

Publié le par ferc cgt 66

Unsen.gif

 

Recrutement et formation des stagiaires…
  Ce que Luc Chatel a oublié de dire !

 

Une étude confidentielle de la DGRH du ministère de l'Éducation nationale, menée sur la quasi-totalité des académies, donne raison aux mobilisations contre la réforme du recrutement et de la formation des stagiaires !
 
 Jusqu'à aujourd'hui, la CGT Educ'action n'a cessé de mobiliser dans l’unité la plus large et de dénoncer les dangers de cette réforme.
 Depuis la rentrée 2010, ce sont les stagiaires et les étudiants préparant les concours qui se mobilisent avec différentes modalités d’action.
 Les fonctionnaires stagiaires 1er et 2nd degrés dénoncent les conditions désastreuses dans lesquelles leur stage se déroule, et les étudiants une formation à l'université inadaptée en matière d’offre de stages en observation ou en responsabilité pour les préparer à leur futur métier. Ce rapport reconnait "les difficultés" que rencontrent les stagiaires, contre-disant gravement Luc Chatel qui, le 1er décembre 2010, vantait les mérites de la réforme alors que les stagiaires manifestaient en direction du ministère ! Ainsi, le rapport note que 11 % des tuteurs ont au moins 3 stagiaires en responsabilité et 23 % ne sont pas dans l'établissement du stagiaire (30 % dans certaines académies), ce qui laisse sceptique sur leurs capacités à apporter toute l'aide dont ont besoin les stagiaires.
 
 Le rapport souligne leur "état de fatigue", dès octobre, alors qu’ils se trouvent en situation permanente "d'urgence" pour concilier cours (à temps plein) et formations. Il souligne également une augmentation -32 % !- du nombre de démissions en octobre 2010 et de grandes disparités de traitement entre académies.
  
 La CGT Educ'action est ainsi confortée dans ses positions. Elle continue de demander le retrait de cette réforme et une remise à plat totale de la formation. Cette réforme du recrutement et de la formation des enseignants est catastrophique car pensée d’abord comme « moyen pour économiser des postes ».
 Nous défendons une autre masterisation : un concours en fin de licence suivi d’une formation de deux ans payée comme fonctionnaire stagiaire et débouchant sur un master.
 
 Nous réitérons nos demandes pour que les revendications, exprimées par l’intersyndicale -CGT Educ’action, SNES-FSU, SNEP-FSU, SUD Education- et le collectif « Stagiaire Impossible » soient entendues.
 
 L’intersyndicale exige des mesures d’urgence pour permettre aux actuels stagiaires de réussir leur entrée dans le métier.
 - Rétablissement des emplois de stagiaires supprimés ; retour à une véritable année de stage permettant une alternance entre théorie et pratique ;  véritable formation professionnelle.

 - Allégement de service (un tiers de service maximum devant les classes) ; formation renforcée sur le temps de service et assurée par des formateurs pour tous les stagiaires, dispositif particulier pour soutenir ceux qui sont en difficulté ;  harmonisation des procédures de titularisation dans toutes les académies garantissant la transparence, l’équité et les droits des stagiaires (pluralité d’avis, respect des qualifications et des statuts de chaque corps, contrôle des élus des personnels).
 

 Nous porterons ces revendications auprès de Luc Chatel qui doit sortir de son autisme et prendre en compte la réalité des difficultés des professeurs et CPE stagiaires.
 
 C’est une situation grave pour la formation initiale des personnels mais aussi pour les élèves. Tous sont dans la même galère par la faute du ministre !

Publié dans Actualité Nationale

Commenter cet article